Congo
Afrique /
17H53 - jeudi 23 juin 2016

Leçon 7 : Une diplomatie impudente

jeudi 23 juin 2016 - 17H53

L’ambassade du Congo à Paris a été l’objet d’une attaque à la voiture bélier dans la nuit de mardi, le 21 juin. Le régime de Denis le sans-mandat accuse la France de laxisme et bombe le torse face aux pressions internationales qui s’accentuent.

 

Rencontre François Hollande - Denis Sassou Nguesso - Crédit: Cyril Bailleul

Rencontre François Hollande – Denis Sassou Nguesso – Crédit: Cyril Bailleul

La représentation diplomatique congolaise en France est paralysée depuis l’attaque de mardi dernier. Un incendie, provoqué par des cocktails Molotov, a détruit le mobilier de l’ambassade.

Le régime de Denis l’indécent s’est empressé de rappeler à l’ordre les autorités françaises. Incapable de respecter les droits fondamentaux de son propre pays, le gouvernement fantoche de Denis sans-foi-ni-loi s’est permis de rappeler à la France les principes de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, notamment l’article 22 qui oblige le pays hôte « à prendre toutes les mesures appropriées afin d’assurer la sécurité des locaux relevant de la mission diplomatique de l’État accréditant », en l’occurrence la République du Congo. L’hôpital qui se fout de la charité ! Le régime de Denis l’expéditif accuse des Congolais de la diaspora de cet acte qu’il apparente au « terrorisme », comme si ses exactions dans le Pool, depuis le 4 avril dernier, n’en étaient pas.

Reçu par TV5 Monde hier 22 juin, Andréa Ngombet, porte-parole du collectif Sassoufit, qualifie cette action de légitime défense, de la part de résistants congolais de France envers le symbole de la dictature, et doute qu’ils s’en arrêtent là, étant donné l’entêtement de Denis l’inconscient à rester au pouvoir.

Il condamne une institution qui « refuse souvent de renouveler les passeports des opposants au régime, ou agresse sauvagement un activiste opposé au changement de la constitution 2002. Cette ambassade avait cessé depuis longtemps déjà d’être la maison commune des Congolais », a-t-il conclu.

L’attaque de la représentation congolaise à Paris n’a pas été revendiquée et la police française a ouvert une enquête après la plainte contre X déposée par Brazzaville.

 

Hostilité vis-à-vis des États-Unis

Sans doute galvanisé par sa frénésie d’emplettes d’armes de guerre en tout genre, Denis le suicidaire semble prêt à défier l’Occident.

En effet, il a maintes fois tenté de renvoyer l’ambassadrice américaine au Congo Mme Stéphanie S. Sullivan pour ses prises de position trop démocratiques. La diplomate s’était opposée au changement de la Constitution et avait dénoncé les coupures de communication lors du scrutin présidentiel. Recadré par l’administration américaine, Denis le sans-scrupule a, en réponse, fait procéder à l’arrestation d’un employé congolais de l’ambassade américaine de Brazzaville, en l’occurrence Andy Bemba. Accusé sans preuve d’avoir incendié une station service et un marché, à la veille du référendum constitutionnel d’octobre 2015, ce dernier croupit en prison.

Dans une conférence de presse tenue le 11 juin dernier, le mouvement citoyen Ras-le-Bol dénonce une détention abusive et illégale et appelle à la libération sans condition du jeune père de famille.

Saint-Denis-Lucifer a par ailleurs maille à partir avec la justice américaine. Mohsen Hojeij, ancien dirigeant de Commisimpex, la plus grosse société de BTP du Congo, lui réclame aujourd’hui près de 770 millions d’euros d’impayés sur les travaux réalisés. Dans le cadre de cette affaire, le cabinet d’avocats White & Case, qui représente l’homme d’affaire anglo-libanais, entend bien faire appliquer la décision de la cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale, rendue en 2013.

La first lady Antoinette Sassou Nguesso, femme de dictateur, est attendue aux USA le 27 juin prochain pour révéler où, aux USA, se cachent les avoirs de la famille Nguesso afin qu’ils soient saisis. Irrité par cette citation à comparaître de son épouse, Denis a fait interdire tout octroi de visas aux ressortissants américains.

Quoi de neuf au Congo-Brazzaville ?

Près d'un an après le scrutin présidentiel du 20/03/2016, le Congo s'enfonce dans une crise post-électorale dont nul ne connaît l'issue. Les attaques des populations du Pool et les arrestations arbitraires se font de façon quotidienne,...

Leçon 10 : Conserver le pouvoir à tout prix

A l'affût du pouvoir, son fils Denis Christel Sassou Nguesso n'en finit pas de voir son image d'héritier illégitime ternie par sa propension à dilapider le pétrole congolais.
Jean-Claude Miangouayila

Leçon 9: Museler la société civile

Une proposition de loi en gestation compte criminaliser l'activité des associations engagées sur les questions de gouvernance et d'intérêt national
Jean-Claude Miangouayila