Congo
Afrique /
17H40 - vendredi 25 mars 2016

Fortes contestations post électorales au Congo-Brazzaville et menaces sur le détenu politique Paulin Makaya

vendredi 25 mars 2016 - 17H40

Les contestations post électorales battent leur plein au Congo-Brazzaville dans une ambiance propice à tous les dangers. Le détenu Paulin Makaya voit ses conditions carcérales renforcées dans un climat de soulèvement populaire.

 

 

Le peuple appelé à se soulever

Jean-marie Michel Mokoko et Guy Brice Parfait Kolélas, les deux candidats arrivés en tête du premier tour de l’élection présidentielle du 20 mars 2016, contestent les résultats rendus par la CENI qui attribue la victoire à Denis Sassou Nguesso dès le premier tour.

Dans une interview accordée à la radio BBC le 24 mars 2016, Guy Brice Parfait Kolélas affirme que le président ne peut pas avoir gagné les élections, entend utiliser « les voies légales de recours reconnues par la loi ».
Rappelons que la Cour Constitutionnel congolaise est la même qui avait avalisé la mascarade référendaire d’Octobre dernier lorsque Denis Sassou Nguesso avait modifié la Constitution pour pouvoir se représenter à un troisième mandat.

Le général Jean-marie Michel Mokoko, lui, « appelle le peuple congolais à refuser d’accepter la victoire annoncée » et en appelle à la désobéissance civile jusqu’à nouvel ordre.
Depuis l’annonce des résultats partiels par Henri Bouka, le président de la CENI, Brazzaville vit dans un climat explosif : de jeunes gens font face aux forces armées dans divers quartiers de la capitale et attendent les consignes des leaders politiques.

Paulin Makaya en danger de mort

Tandis que les résidences de principaux leaders de l’opposition sont maintenues sous surveillance militaire, le Ministre de l’Intérieur Raymond Zephirin Mboulou interdit au détenu Paulin Makaya de recevoir de la visite à la Maison d’Arrêts de Brazzaville.

D’après nos informations, les conditions carcérales du président du parti UPC (Unis Pour le Congo) se sont aggravées depuis ces dernières 48 heures. Celui qui est incarcéré depuis le 1er décembre 2015, pour avoir manifesté avec ses militants contre le référendum constitutionnel, est privé de toute visite et a été placé en isolement. Sa subsistance était assurée jusque là par ses proches quotidiennement.
Les rumeurs de disparitions nocturnes de certains prisonniers courent dans les rues congolaises et inquiètent les partisans de Paulin Makaya, le seul personnage de l’opposition congolaise à s’être constamment opposé frontalement au président.

Quoi de neuf au Congo-Brazzaville ?

Près d'un an après le scrutin présidentiel du 20/03/2016, le Congo s'enfonce dans une crise post-électorale dont nul ne connaît l'issue. Les attaques des populations du Pool et les arrestations arbitraires se font de façon quotidienne,...

Leçon 10 : Conserver le pouvoir à tout prix

A l'affût du pouvoir, son fils Denis Christel Sassou Nguesso n'en finit pas de voir son image d'héritier illégitime ternie par sa propension à dilapider le pétrole congolais.
Jean-Claude Miangouayila

Leçon 9: Museler la société civile

Une proposition de loi en gestation compte criminaliser l'activité des associations engagées sur les questions de gouvernance et d'intérêt national
Jean-Claude Miangouayila