Monde / World
Afrique /
18H54 - jeudi 17 mars 2016

Échauffourées à Brazzaville avant le premier tour de l’élection présidentielle

jeudi 17 mars 2016 - 18H54

 

Dans le contexte des élections présidentielles qui doivent se tenir au Congo dimanche, les rivaux s’affrontent dans les rues de la capitale.

 

Crédit photo - Jomako

Crédit photo – Jomako

Très tôt dans la journée les habitants de Brazzaville ont pu entendre des coups de feu retentir dans la rue : les hommes du pasteur N’Toumi, le chef des « Ninjas » (opposants à Denis Sassou Nguesso) sont en conflit ouvert avec les forces de la garde rapprochée du chef de l’État. À la veille des élections présidentielles, il semblerait que la résistance ne se fasse pas que dans les urnes. Ces violences font suite à l’interdiction du meeting des leaders de l’opposition par les autorités congolaises. Les forces de l’ordre sous le commandement du général Ndenguet ont investi le lieu où il devait se dérouler. Denis Sassou Nguesso tiendra quant à lui demain un meeting à cet endroit même.

Hier soir, tandis que femmes et enfants quittaient la capitale, les jeunes congolais y affluaient pour assister au grand meeting de l’opposition qui réunissait Jean-Marie Michel Mokoko, Claudine Munari, Parfait Kolélas, André Okombi Salissa et Pascal Tsaty Mabiala. Autant de candidats opposés au président sortant, en lice pour son troisième mandat. Une opportunité qui lui était impossible jusqu’à ce qu’il ne change à son gré la Constitution en novembre dernier. Malheureusement, la multiplicité de candidats a affaibli l’opposition et, à moins qu’ils ne parviennent d’ici dimanche à trouver un consensus, cela pourrait bien mener Denis Sassou Nguesso à se succéder à lui-même.