Congo
Afrique /
11H53 - lundi 1 février 2016

Congo, L’appareil médiatique se grippe

lundi 1 février 2016 - 11H53

Après le mouvement social de l’Manifestation à Brazzaville - Crédit photo : dailyblueplanet.com- 28/01/2016 Manifestation à Brazzaville – Crédit photo : dailyblueplanet.com- 28/01/2016[/caption]

 

Cinq membres du Collectif des pigistes, stagiaires et bénévoles (CPSB) ont été arrêtés par la police le 28 janvier alors qu’ils manifestaient devant le ministère de la Fonction publique à Brazzaville.

Créé en juin 2013, le Collectif, qui a pour mission de favoriser l’intégration de ses membres au corps des fonctionnaires, exprime avec force ses revendications depuis plus d’un an déjà. Le 16 juillet 2014, ils étaient 250 à entamer un sit-in et une grève de la faim devant ledit ministère pour réclamer la hausse du quota d’intégration, qui leur permettrait de passer du bénévolat au salariat dans la Fonction publique.

Ils s’étaient donc de nouveau donné rendez-vous ce jeudi 28 janvier, moyens sonores à l’appui (casseroles et bouts de bois) pour empêcher les agents du ministère de travailler et ainsi faire entendre leur voix.

C’était sans compter avec l’intervention musclée de la police qui, à coup de gaz lacrymogènes, a dispersé les manifestants, en interpellant certains.

 

Pour le collectif d’action, pas question de céder

 

Au Congo, l’essentiel des médias étant des structures d’État, le nombre d’emplois de journaliste ne suffit pas à intégrer tous les diplômés des écoles de journalisme. Certains attendent même depuis une quinzaine d’années. C’est pourquoi ils affirment que leur vie est en partie sacrifiée.

 Mais au-delà de ces questions de quotas, les manifestants dénoncent des pratiques de favoritisme par les ministres successifs de la Communication et des Médias. « Ils préfèrent placer leurs parents en lieu et place des pauvres pigistes et stagiaires qui peinent tous les jours sur le terrain », en faisant fi des compétences requises pour ces fonctions, regrette Achille, membre du collectif.

Des discussions sont actuellement en cours entre les responsables du mouvement et les autorités des ministères concernés.

Le collectif prévient, par la voix de son président, qu’il ne changera pas de position, et qu’outre la libération de ses membres arrêtés par la police, il exige « l’intégration des 207 pigistes, stagiaires et bénévoles des médias d’État ».

Quoi de neuf au Congo-Brazzaville ?

Près d'un an après le scrutin présidentiel du 20/03/2016, le Congo s'enfonce dans une crise post-électorale dont nul ne connaît l'issue. Les attaques des populations du Pool et les arrestations arbitraires se font de façon quotidienne,...

Leçon 10 : Conserver le pouvoir à tout prix

A l'affût du pouvoir, son fils Denis Christel Sassou Nguesso n'en finit pas de voir son image d'héritier illégitime ternie par sa propension à dilapider le pétrole congolais.
Jean-Claude Miangouayila

Leçon 9: Museler la société civile

Une proposition de loi en gestation compte criminaliser l'activité des associations engagées sur les questions de gouvernance et d'intérêt national
Jean-Claude Miangouayila