Congo
Afrique /
17H39 - mardi 19 janvier 2016

Qui est monsieur Paulin Makaya ?

mardi 19 janvier 2016 - 17H39

Il a fait face à des soldats armés sur la route de Madingou le 29 août 2015. Il est l’unique homme politique de l’opposition congolaise à avoir manifesté avec ses militants le 20 octobre 2015 contre le référendum. C’est sans doute ce qui lui a valu d’être mis derrière les barreaux le 1erdécembre 2015. Cet homme est Paulin Makaya, président du parti UPC (Unis pour le Congo).

Paulin Makaya dans les rues du Congo - Crédit Photo : Facebook officiel

Paulin Makaya dans les rues du Congo – Crédit Photo : Facebook officiel

 

Paulin Makaya, ce père de cinq enfants, né à Brazzaville, est diplômé en sociologie politique de l’université de Brazzaville ainsi qu’en Communication et Management de l’Université Westminster à Londres. À cinquante ans, ce passionné de football (supporter du club l’Arsenal) tape volontiers le cuir à ses heures perdues pour entretenir sa forme.

En 1991, Paulin Makaya devient le proche collaborateur de l’opposant historique à Denis Sassou Nguesso, feu Bernard Kolélas, président fondateur du parti MCDDI (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral) auprès de qui il fait ses classes en politique. Il entre d’abord au Bureau exécutif du MCDDI en qualité de Secrétaire national chargé de la culture de paix et de l’unité nationale. Dans cette fonction, il œuvre avec succès à la pacification du pays après les troubles qui l’ont secoué au lendemain de l’élection présidentielle de 1992 (le leader du MCDDI sera battu au second tour et Pascal Lissouba, déclaré vainqueur).

À l’issue de la guerre civile de 1997, il suivra le leader politique Bernard Kolélas en exil. Tout d’abord à Kinshasa, puis au Gabon, Bénin, Mali et Côte d’Ivoire avant de s’installer le 13 janvier 2002, au Royaume-Uni.

Parallèlement à son engagement politique, il dirige plusieurs sociétés. Depuis Londres, il tente de fédérer autour de sa personne de nombreuses associations, organisations et individualités de la diaspora, pour porter le combat de la réconciliation nationale et de la démocratie véritable au Congo.

En 2007, lorsque Bernard Kolélas, de retour d’exil par amnistie présidentielle, amorce un rapprochement politique avec Sassou Nguesso et le PCT (Parti congolais du travail), Paulin Makaya prend ses distances avec lui.

En 2011, il crée le parti Unis pour le Congo (UPC) qui regroupe des cadres, des intellectuels congolais de la diaspora.

Paulin Makaya est chargé de l’animation politique, de l’orientation et des contacts avec l’international au sein de son parti qui trouve un écho au Congo avec une solide base militante engagée à l’intérieur du pays mais dont la direction est dispersée entre le Royaume-Uni, la France, le Benelux, l’Afrique de l’Ouest, le Canada et le Congo.

C’est désireux de « tenir front pacifiquement au régime de Brazzaville et de prendre le pouvoir par des moyens légaux », explique son porte-parole Mr Ethel Bayoundoula, qu’il décide de rentrer au Congo le 30 juillet 2014 afin de participer à la course à la présidence du pays.

Il est accueilli à l’aéroport de Maya Maya par une foule en liesse qui scande « tata (papa) Makaya est de retour » ou encore « Moise, Moise ! ».

 

 

Une probité qui bouscule le pouvoir en place

 

Aujourd’hui incarcéré à la suite de son inculpation pour détention illégale d’armes de guerre, participation à une marche interdite et complicité d’incendie d’édifices publics, il « supporte avec dignité ses conditions carcérales », raconte son frère aîné Gabriel Makaya, qui lui rend visite chaque jour pour lui apporter eau, vivres et médicaments. Selon ce dernier, la détermination de Paulin Makaya « à s’opposer au pouvoir tyrannique du chef de l’État n’est en rien ébranlée ».

Monsieur Athel Bayoundoula, secrétaire général du parti UPC et de la plate forme FRD (Forces républicaines et démocratiques), dont Paulin Makaya est le président, dresse le portrait d’un homme intègre qui « n’a jamais cédé devant la corruption et dont la probité bouscule le pouvoir de Brazzaville ». Il soutient que Paulin Makaya n’a jamais collaboré avec le pouvoir en place et que son parti politique, celui de Paulin Makaya, est une vraie « opposition constructive et non une opposition de compromission ».

 

Jean-Claude Miangouayila

Quoi de neuf au Congo-Brazzaville ?

Près d'un an après le scrutin présidentiel du 20/03/2016, le Congo s'enfonce dans une crise post-électorale dont nul ne connaît l'issue. Les attaques des populations du Pool et les arrestations arbitraires se font de façon quotidienne,...

Leçon 10 : Conserver le pouvoir à tout prix

A l'affût du pouvoir, son fils Denis Christel Sassou Nguesso n'en finit pas de voir son image d'héritier illégitime ternie par sa propension à dilapider le pétrole congolais.
Jean-Claude Miangouayila

Leçon 9: Museler la société civile

Une proposition de loi en gestation compte criminaliser l'activité des associations engagées sur les questions de gouvernance et d'intérêt national
Jean-Claude Miangouayila