Monde / World
Afrique /
13H17 - mercredi 28 octobre 2015

Nous, peuple congolais, créons le Conseil National de la Résistance et de la Transition

mercredi 28 octobre 2015 - 13H17

 

A la suite du boycot massif du référendum de dimanche 25 octobre, nous, le peuple congolais, annonçons la création du Conseil National de la Résistance et de la Transition du Congo (CNRT-Congo). Nous appelons les Congolaises et les Congolais à nous rejoindre, et nos amis africains, européens, américains et partout dans le monde à nous soutenir. 

« Nous, peuple congolais, citoyennes et citoyens, acteurs de la société civile et politique congolaise, condamnons avec la plus grande fermeté l’annonce des « résultats » du référendum du dimanche 25 octobre. Ce mensonge d’Etat, surtout sur la participation supposée, est une honte pour le Congo et la marche de la démocratie en Afrique et dans le monde.

Les faits sont là : le 25 octobre 2015, le peuple congolais a boycotté ce pseudo-référendum qui n’est que le troisième coup d’Etat de M. Denis Sassou-Nguesso dans sa trop longue carrière de dictateur. Le peuple congolais a dit : « NON, Dégage Sassou ».

La désobéissance civile l’a emporté sur la peur du pouvoir : dans leur immense majorité, les Congolais ne sont pas allés voter : les médias et les observateurs relèvent à peine 3 à 5% de participation. Les règles d’organisation d’un scrutin digne de ce nom n’ont pas été respectées, le pouvoir a commis des violences dans tout le pays, arrêté et mis en résidence surveillée les opposants politiques (qui sont toujours empêchés de circuler librement et que le pouvoir cherche à affamer), suspendu les libertés fondamentales et s’est moqué de la communauté internationale, notamment de M. Abdoulaye Bathily, représentant de l’ONU et de l’Union Africaine. Le dictateur a échoué dans son projet d’imposer à son peuple et à la communauté internationale un projet de Constitution contraire à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance et au droit international.

Les jours et semaines précédant ce coup d’Etat, le peuple congolais s’est mobilisé comme jamais à Brazzaville, dans le pays, à Paris et dans toutes les capitales de la diaspora. Nous saluons les forces politiques et les citoyens au Congo-Brazzaville qui se sont rassemblées pour condamner le projet de référendum et exiger une nouvelle gouvernance électorale.

Nous, peuple congolais, n’avons plus peur. La mobilisation grandira jusqu’à la chute du dictateur.

Aujourd’hui, c’est nous, peuple congolais, citoyens, opposants politiques et acteurs de la société civile, incarnons la légitimité démocratique qui fonde tout ordre constitutionnel.

C’est pourquoi, nous, peuple congolais, rejoints par nos amis africains, européens et partout dans le monde, déclarons :

1. Nous appelons les Congolais à passer de la désobéissance civile à l’insurrection citoyenne et pacifique dans le pays et dans la diaspora.

2. Nous appelons à la grève générale au Congo.

3. Nous appelons les Congolais de la diaspora à se rassembler chaque dimanche à 14 h aux abords des Ambassades du Congo dans toutes les grandes capitales, jusqu’au départ du dictateur.

4. Nous annonçons la création du Conseil National de la Résistance et de la Transition : le CNRT – Congo qui, dès maintenant, organise, en coordination avec l’opposition au Congo, la résistance au pouvoir et la transition qui s’ouvrira avec son départ prochain.

5. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition crée un organe exécutif provisoire en exil dont la composition sera annoncée le dimanche 1er novembre à Paris, devant l’Ambassade du Congo, lors du prochain rassemblement des Congolais de la diaspora.

6. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition rend hommage aux victimes des violences commises par le pouvoir et salue les Congolaises et les Congolais pour cette presque unanime abstention citoyenne et politique de dimanche 25 octobre qui exprime la soif de liberté et de démocratie pour une souveraineté du peuple retrouvée. Il apporte son soutien aux leaders politiques de l’opposition retenus contre leur gré ou emprisonnés, aux journalistes arrêtés ou empêchés d’informer et demande la libération de toutes les personnes arbitrairement détenues.

7. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition appelle toutes les organisations de l’opposition, les femmes et les hommes de bonne volonté, les jeunes et les anciens, les chefs d’entreprises, les cadres supérieurs, les militaires, toutes les compétences, toutes les énergies, toutes les solidarités, au Congo et dans la diaspora, de Brazzaville à Paris, de Pointe-Noire à Washington, et partout dans le monde, à rejoindre le Conseil National de la Résistance et de la Transition pour réaliser ensemble l’unification, amorcée ces dernières semaines, de toutes les forces politiques, économiques, culturelles et spirituelles du pays.

8. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition appelle l’armée et les forces républicaines à se ranger du côté du peuple, à faire respecter la Constitution du 20 janvier 2002 et à travailler de concert avec le Conseil National de la Résistance et de la Transition qui représente désormais le peuple.

9. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition appelle l’Union africaine, la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et la communauté internationale à constater l’échec du pseudo-référendum du dimanche 25 octobre, comme l’a reconnu la président de République française, Francois Hollande, en publiant un communiqué de presse le 27 octobre stipulant : « Les conditions dans lesquelles ce référendum a été préparé et organisé ne  permettent pas d’en apprécier le résultat, notamment en terme de  participation ».

10. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition appelle la communauté internationale à le reconnaître comme représentant légitime du peuple congolais. Le Conseil National de la Résistance et de la Transition représente désormais le Congo libre, notamment pour la préparation et la tenue des prochains rendez-vous diplomatiques comme la COP 21, Conférence des Nations unies contre le réchauffement climatique, qui se tiendra à Paris fin novembre.

Enfin, le peuple congolais et le Conseil National de la Résistance et de la Transition appellent M. Denis Sassou-Nguesso à quitter le pouvoir.

« Unité, travail, progrès » : la devise de la République du Congo est le seul programme de travail du Conseil National de la Résistance et de la Transition.

Vive la liberté, vive la République du Congo !