Congo
Afrique /
17H23 - mardi 20 octobre 2015

« Il y a un début et une fin à tout » : l’écrivain Alain Mabanckou interpelle le pouvoir au Congo-Brazzaville

mardi 20 octobre 2015 - 17H23

 

Récompensé de nombreux prix littéraires,  dont le Renaudot 2006 pour son roman Mémoires de porc épic, le romancier natif de Pointe- Noire, ville économique du Congo- Brazzaville, s’exprime sur la situation politique de son pays, au lendemain d’une marche de protestation de l’opposition congolaise sur le référendum à Pointe- Noire le 17 octobre dernier, qui a coûté la vie à deux militants et occasionné de nombreux blessés. Opinion Internationale a déjà publié une grande interview du romancier : « les importants ».

 

 

Le Congo-Brazzaville vit des heures sombres. Le célèbre romancier congolais, âgé de 49 ans, s’exprime dans un ton empreint de l’amour de son pays de naissance. Le fait qu’Alain Mabanckou, d’ordinaire discret et réservé concernant la situation politique du Congo, s’exprime aujourd’hui n’est pas fortuit. Pointe- Noire est sa ville de naissance. Les onze romans à son actif, avec Petit Piment, dernier en date, constituent une hymne de l’auteur à sa chère ville « Ponte- Noire, c’est la ville que je chante dans Lumière de Pointe- Noire [titre de son dixième roman, NDLR], dans Demain J’aurai Vingt ans et aujourd’hui dans Petit Piment. Les mêmes rues dans lesquelles ces populations s’enfuyaient pour pouvoir se cacher, ce sont les mêmes que vous retrouverez dans mes romans », commente Alain dans cette vidéo.

Cette vidéo, réalisée au lendemain du grand rassemblement pacifique des forces patriotiques opposées au référendum, est un mot de soutien de l’écrivain congolais à ses compatriotes de Pointe- Noire. « Ces populations ont le droit de pouvoir manifester, puisque nous cherchons tous la démocratie. », ajoute-t-il.

 

Tout a une fin !

« Je pense que la voix de la sagesse parlera. A un moment donné, il faut que nous sachions que tout a un commencement et  a une fin, il faut que nous retenions cela, poursuit la vidéo. La bible commence par la genèse et se termine par l’apocalypse mais nous pouvons toujours éviter au peuple les épisodes les plus malencontreux. », Ce qui sonne véritablement comme un appel au Président de la République âgé de 72 ans « d’écouter la voix de la sagesse », donc de retirer son projet de scrutin référendaire par la voie de laquelle il compte s’offrir un troisième mandat.

 

Russel Morley Moussala

Quoi de neuf au Congo-Brazzaville ?

Près d'un an après le scrutin présidentiel du 20/03/2016, le Congo s'enfonce dans une crise post-électorale dont nul ne connaît l'issue. Les attaques des populations du Pool et les arrestations arbitraires se font de façon quotidienne,...

Leçon 10 : Conserver le pouvoir à tout prix

A l'affût du pouvoir, son fils Denis Christel Sassou Nguesso n'en finit pas de voir son image d'héritier illégitime ternie par sa propension à dilapider le pétrole congolais.
Jean-Claude Miangouayila

Leçon 9: Museler la société civile

Une proposition de loi en gestation compte criminaliser l'activité des associations engagées sur les questions de gouvernance et d'intérêt national
Jean-Claude Miangouayila