World freedom tour
Chili /
09H00 - vendredi 1 août 2014

5. Chili, Santiago : un Parc du souvenir des années de plomb

vendredi 1 août 2014 - 09H00

MapJusqu’au 1er septembre, Opinion Internationale vous invite à un tour du monde estival : chaque jour, nous vous proposons de visiter un site touristique qui est aussi un lieu de mémoire, un moment où s’est jouée l’histoire des libertés.

Villa Grimaldi : rendez-vous aujourd’hui là où des milliers de prisonniers politiques ont été détenus, parmi lesquels l’actuelle présidente Michelle Bachelet et sa mère.


Parque_por_la_paz_Villa_Grimaldi

Photographies de détenus exposés dans le parc de la Villa Grimaldi

Combien de présidents démocratiquement élus ont-ils internés dans un lieu de torture ? Au Chili, un parc pas comme les autres revisite l’histoire récente du pays…

Aujourd’hui un parc et un lieu de mémoire, la Villa Grimaldi fut un lieu de torture : plus de 4 500 prisonniers politiques sont passés par ce centre de détention, parmi lesquels l’actuelle présidente Michelle Bachelet et sa mère. Deux cent vingt-six n’en sont jamais sortis. La Villa Grimaldi est un symbole de la mémoire collective du Chili : après avoir été l’un des principaux centres de torture et d’extermination pendant la dictature militaire entre 1973 et 1978, elle est devenue un lieu de lutte pour le respect et la défense des droits de l’Homme et la préservation de la mémoire historique du pays. Elle est déclarée monument historique par le Conseil des Monuments Nationaux du Chili depuis le 27 avril 2004.

GrimaldiQuelques temps après le coup d’état du 11 septembre 1973, la villa passe aux mains de la Direction d’Intelligence Nationale (DINA) et, sous le nom de « Caserne Terranova », fonctionna comme un des centres clandestins de détention, torture et extermination de 1973 et 1978.  

En 1995, le gouvernement de la Concertation, créa le Parc pour la Paix – Villa Grimaldi, inauguré le 22 mars 1997, rendant ainsi hommage à tous ceux qui y moururent et y furent torturés. Le nouveau centre de mémoire publia en 2010 les résultats d’un symposium, sous le titre Acceso público a la memoria.

Liens utiles et pour aller plus loin