Monde /World
Egypte
09H28 - Mardi 18 février 2014

« Il faudra du temps pour sortir d’un système dominé par l’armée »

Mardi 18 février 2014 - 09H28

Entretien avec Agnès Levallois, consultante et professeure à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et à l’ENA, qui analyse le contexte politique d’une Égypte qui vient d’adopter une nouvelle Constitution et se prépare à de nouvelles échéances électorales, suite à la prise de pouvoir par l’armée en juillet dernier.

 

Agnès Levallois

Agnès Levallois

Vous revenez d’Égypte, peu après le vote d’une nouvelle Constitution égyptienne. Comment avez-vous trouvé Le Caire ?

Le Caire n’a pas changé : les rues sont toujours pleines de monde et les bouchons légendaires. La mobilisation a fortement diminué : la place Tahrir ne connaît plus les sit-in qui ont duré des mois et des mois. La contestation s’est déplacée dans des quartiers périphériques, en raison de la réaction musclée des autorités contre le manifestants.

 

L’histoire est encore en train de s’écrire mais peut-on dire que la page des Frères musulmans est définitivement tournée ?

Le pouvoir en place veut clairement écarter les Frères musulmans du jeu politique. Le nouveau régime avait besoin de s’affirmer contre cette force mais il est encore trop tôt pour dire si cette mise à l’écart s’inscrira dans une longue durée. Lorsqu’un nouveau gouvernement sera mis en place, après l’élection du prochain président de la République, et la tenue d’élections législatives, alors on verra si cette politique s’atténue ou si les Frères musulmans sont rayés définitivement de la carte politique. Pour le moment, deux camps s’affrontent durement mais je ne crois pas que l’Égypte puisse construire son avenir et trouver une stabilité sur un tel affrontement permanent.

 

Ce sont deux modèles qui s’affrontent…

Le gouvernement avait proposé aux Frères musulmans de participer au Comité des 50 qui a rédigé le projet de Constitution adoptée par le peuple égyptien le 15 janvier. Ils ont refusé. Les salafistes ont accepté. Il est sûr que les choses ne peuvent évoluer durablement en écrasant une force politique majeure.

 

L’Égypte ne souffre-t-elle pas d’un manque de leadership de personnalités civiles pour tenir tête tant aux Frères musulmans qu’à l’armée ?

Le système politique égyptien est dominé par l’armée depuis les années 50. Il faudra du temps pour sortir de ce schéma. L’armée est partie pour reprendre le pouvoir à travers la personne de Al-Sisi, sans parler de son pouvoir économique. Récemment, des personnalités civiles ont tenté d’émerger : Amr Moussa, ancien ministre des Affaires étrangères de Moubarak, ancien Secrétaire général de la Ligue arabe, il a présidé le Comité des 50 qui a rédigé la nouvelle Constitution. Il a une surface nationale, régionale et internationale. Malheureusement, il a près de 80 ans…

Certains ont misé sur Mohamed El-Baradei, ancien directeur général de l’AIEA mais il n’a manifestement pas beaucoup de relais internes dans le pays.

Le facteur temps est essentiel pour laisser aux sociétés le temps de s’approprier le politique. Par exemple, les taux de participation aux élections et autres référendums ont été relativement faibles depuis le printemps arabe car les citoyens n’avaient pas l’habitude depuis 50 ans de participer à la vie politique. Jusque là, voter ou ne pas voter ne changeait rien.

 

La France est accusée d’avoir fait le choix des Frères musulmans…

La France a avant tout fait le choix du respect des urnes. Morsi avait été lu démocratiquement et il n’y avait pas de raison qu’il n’aille pas au bout de son mandat. Dès lors que le peuple a considéré que Morsi n’avait pas respecté ses engagements et a décidé de le déposer avec l’aide de l’armée, les partenaires occidentaux ont dû tenir compte de cette nouvelle donne. Aujourd’hui, l’Egypte s’est donnée une nouvelle Constitution et prépare de nouvelles élections qui vont permettre aux relations bilatérales de reprendre un cours normal.

La France a un rôle traditionnel en Égypte. Elle peut peser aussi sur l’Europe, le deuxième donateur après les États-Unis, pour soutenir davantage l’Égypte, qui dépend beaucoup des financements des pays du Golfe.

 

Sommaire :

 

Mardi 11 février : L’Égypte déchirée entre liberté et terrorisme et Une certaine idée de l’Égypte

Mercredi 12 février : Une démocratie armée

Jeudi 13 février : L’Islam contre les islamistes

Vendredi 14 février : Les « crimes » des Frères musulmans

Lundi 17 février : La France et l’Égypte : une passion réciproque

Mardi 18 février : « Il faudra du temps pour sortir d’un système dominé par l’armée ». Entretien avec Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient

Jeudi 20 février : « L’Egypte ne peut se comprendre sans prendre la mesure du rôle qu’y joue l’armée ». Entretien avec Emmanuel Dupuy, président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE)

Propos recueillis par

Michel TAUBE - Opinion Internationale -  Paris 24/01/2014
Directeur de la publication

Un an après la catastrophe bangladaise de Rana Plaza, les entreprises continuent leur « fairwashing »

Le bâtiment appelé Rana Plaza qui s'est effondré dans le faubourg ouest de Dacca, capitale du  Bangladesh
Un an après la catastrophe de Rana Plaza, le point sur des initiatives, souvent difficiles et toujours de longue haleine, pour que les entreprises ne puissent se soustraire à leur responsabilité.
Stéphane Mader
Par Stéphane Mader

Le long chemin vers l’égalité politique entre les femmes et les hommes

photo-light
Soixante-dix ans après le droit de vote et d'éligibilité en France, l'Europe de l'égalité entre les femmes et les hommes reste à construire. Situation et perspectives.
Stéphane Mader
Par Stéphane Mader

« Les hommes debout » du Rwanda. Quand l’art peut dire et faire…

Stade Amohoro à Kigali
Gros plan sur l'oeuvre engagée du plasticien sud-africain Bruce Clarke qui met en scène des "hommes debout". Hommage aux victimes du génocide du Rwanda, vingt ans après...
Stéphane Mader
Par Stéphane Mader

La presse s’empare de la Lettre ouverte à Anne Hidalgo et Manuel Valls pour sauver le Grenier des Grands Augustins

PhotoGrenier
Petite revue de presse des articles et émissions qui, depuis une dépêche de l'AFP, relaient la campagne lancée par Opinion Internationale, avec l'appui du CNEA (Comité National pour l'Education Artistique) et de son Comité...

Le Musée de l’Autre et de l’Ailleurs : comment, à Rome, la créativité transforme une usine de charcuteries désaffectée en lieu d’art

MAAM
Dans la banlieue de Rome, une usine de charcuteries désaffectée, d'abord un lieu de squat, se transforme en musée à ciel ouvert et en espace de création grâce aux occupants qui en deviennent les inspirateurs et les gardiens.
gabriella2
Par Gabriella Bianchi

Signez la Lettre ouverte à Anne Hidalgo et Manuel Valls pour sauver le Grenier des Grands Augustins à Paris où Picasso peignit Guernica

Guernica - Pablo Picasso - 1937
Signez la Lettre ouverte à Anne Hidalgo et Manuel Valls : Il faut sauver le Grenier des Grands Augustins où Picasso peignit Guernica

La fantaisie des Dieux : l’histoire du génocide rwandais vue du côté des bourreaux et des victimes

fantaisie-dieux-extrait-1523250-616x380
Raconter l’horreur sans qu'elle ne soit jamais directement représentée est l'un des paris réussis de La fantaisie des Dieux. Cette bande dessinée, réalisée par le grand reporter Patrick de Saint-Exupéry, retrace, à l'occasion...
Stéphane Mader
Par Stéphane Mader

How innovation helps large cities like Shenzhen face the challenges of urbanization

Shenzhen
China's rapid growth comes with a growing population influx to all its cities, making urbanization an enormous challenge. Huang Weiwen, a Chinese urbanization specialist from Shenzhen, explains how innovation can help address that challenge.
lyne
Par Lou Xinfang

« Pendant dix-sept ans, j’ai été un otage judiciaire »

Michel Atangana
Michel Atangana, libéré le mois dernier évoque ses dix-sept ans passés dans les geôles camerounaises. Au coté de son fils Eric, l'ex plus ancien détenu français à l'étranger raconte comment il vit sa liberté retrouvée et...
Michel TAUBE - Opinion Internationale -  Paris 24/01/2014
Par Michel Taube

Creative cities: « We need to fundamentally change our way of thinking »

Mehri Madarshahi
Mehri Madarshahi, president of Global Cultural Networks and international cultural advisor to the city of Shenzhen in China, outlines the challenges at hand in an increasingly urbanized world.
Stéphane Mader
Par Stéphane Mader